Chère Camélia, en faisant ta connaissance grâce à notre projet mystère, j’ai réalisé que ton talent de dessinatrice recouvre de multiples facettes : BD, manga, dessins plus personnels… Tu travailles notamment sur À part entière, une BD scénarisée par Laura N’Safou, qui sortira chez Marabout au printemps prochain. As-tu fais des études d’art et / ou une formation en autodidacte ?

J’ai fait 4 ans à l’EMCA, où j’étudiais le cinéma d’animation. J’ai toujours dessiné en dehors de cela.

Quelles sont tes techniques préférées ? Est-ce que tu travailles sur papier, ou sur tablette ? Lorsqu’il s’agit de mangas, faut-il de l’encre pour faire une planche encrée ? Lorsqu’il s’agit de BD, est-ce que tu la colorises toi-même ?

J’alterne entre plusieurs techniques selon le travail exigé. Je privilégie le dessin sur tablette quand j’ai besoin de travailler vite et/ou que le rendement est important. 

Sinon, dès que je le peux, j’aime beaucoup dessiner sur papier, surtout au crayon de couleur.

Pour les manga, pas forcément. Il y a aussi beaucoup de mangakas qui travaillent au numérique. Le manga n’est pas un style avec une technique précise, il existe une multitude d’auteurs avec des manières très personnelles de travailler. C’est de l’art narratif, avec les codes culturels qui lui sont propres. Alors, il est naturel que les techniques évoluent aussi. Beaucoup d’auteurs continuent de travailler de manière traditionnelle malgré cela.

Pour le moment j’ai toujours colorisé mes planches. Le choix des couleurs n’est pas anodin et c’est quelque chose que je prends beaucoup de plaisir à travailler. Je consacre une bonne partie de mon temps aux couleurs dans mes dessins, alors je préfère m’en occuper !s

Ton compte instagram s’appelle Fille flingue, et il me semble que les filles, les femmes, et la féminité, sont très présentes dans tes oeuvres. Est-ce un thème qui te tient à cœur ?

Oui, depuis toujours. Mais ce n’est pas tellement un choix conscient. Depuis petite je représente surtout des filles. 

C’est devenue récurrent et en grandissant un thème qui me tenait à cœur. 

J’ai toujours été très agacée de voir le genre féminin dénigré à longueur de temps, je pense que cela n’a fait qu’amplifier ma curiosité, envers moi-même et envers les autres femmes. Cela me libère aussi, en quelque sorte. C’est une manière d’appréhender mon propre rapport à la féminité, de m’amuser avec, de l’explorer.

Et le flingue : est-ce un symbole de pouvoir ?

En toute honnêteté, il n’y a rien de recherché dans mon pseudo. Je trouvais que ça sonnait bien ! Mais c’est globalement l’idée générale oui, avec un ton un peu débile.

Dans cet article, il est question de la représentation du nez des femmes en BD. Souvent, les femmes sont simplement représentée avec deux trous pour les narines et rien d’autres. Les dessinatrices interrogées expliquent que pour des soucis d’esthétiques et pour simplifier le dessin, les visages féminins sont souvent plats, sans caractère. 

Alors, dessines-tu des femmes sans nez ? Le nez est-il une façon de donner une forte personnalité à une héroïne selon toi ?

Alors, c’est marrant comme question, car j’ai moi même un assez grand nez. Enfin, je le vois assez grand, apparemment je l’exagère beaucoup. Disons que je n’ai pas un petit nez en trompette ! Je dois admettre que j’ai mis du temps à l’accepter, et que jusque-là, je simplifiais ou dessinais de petits nez. Je concentrais le caractère du personnage ailleurs, sur ses yeux surtout. À mesure que j’ai appris à l’accepter et même l’aimer, j’ai travaillé mon dessin différemment.

Je donne une place plus importante aux nez, même si ce n’est pas encore parfait. Car oui, c’est un élément que l’on a en plein milieu de la figure : on le pointe vers le haut quand on est en colère, il se retrousse quand nous sourions… Il est impossible de ne pas le voir. J’admets à 100% que ce n’était pas une question de gain de temps, pour ma part ; seulement de courage pour attraper mes complexes et les sortir définitivement de ma vie !

Dehors les complexes ! 

Toi au dessin, moi au scénario, nous travaillons ensemble sur « le projet dont il ne faut pas prononcer le nom », avec un thème qui nous permet de dégommer certains stéréotypes. Moi, je déteste celui de la femme fragile et décorative qui ne sait rien faire à part s’évanouir en cas de problème. Et toi ?

Je déteste tellement de choses à propos des représentations stéréotypées des femmes que je ne vais pas commencer à les énumérer. Je suis dérangée par ça depuis mon enfance et ça n’a jamais été simple de naviguer là-dedans. En somme, je ne me reconnais dans presque rien. Ni les femmes autour de moi d’ailleurs. 

Il y a de sérieuses carences mais cela veut aussi dire qu’il y a tout à faire. J’espère n’avoir que des occasions d’introduire une culture féminine cool et plus proche de mes valeurs dans mes oeuvres à l’avenir. Je ne pense pas que cela doit forcément être grave, ou éducatif, ou militant. On manque aussi de représentations complexes dans les oeuvres de genre, tous mediums confondus !

Comment fais-tu pour entrer dans l’univers d’un scénariste ? Comment se passent ces collaborations de ton point de vue ? (Pour moi, c’est facile, à chaque fois que tu m’envoies une planche, je suis comme une gosse qui reçoit un cadeau de noël).

Je pense que pratiquer un art narratif fait que nous parlons déjà le même langage. En fait, j’ai quelques notions de scénario qui peuvent me permettre de situer les axes narratifs et accentuer les intentions à la mise en scène. Au-delà de cela, je pense que c’est tout simplement de traiter le travail de la scénariste avec autant d’intérêt que pour un projet personnel. Le projet de la scénariste devient le mien et je trouve l’équilibre qui me permet de proposer beaucoup de choses tout en restant cohérente avec les intentions de la scénariste. En tout cas jusque-là, j’ai eu de la chance ! Mes collaborations se passent à merveille. 

Je sais que tu n’aimes pas les photos de toi (pourtant il est joli, ton nez !). Que dirais-tu de faire comme les mangakas et de te dessiner en chibi ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.